Adresse : UTL du Pays de Saint-Malo
9 bis rue de Bonneville
35400 SAINT-MALO
Téléphone : 02 99 20 83 24

LAE Atelier d'Écriture

Description

Au plaisir de jouer avec les mots, les intrigues, les personnages, les sentiments...
Séances de 3h00 avec exercices pratiques, en cours et hors cours. Jeux sur l'art d'utiliser des mots justes, poétiques, piquants, de concocter un suspense, un plaidoyer convaincant, un dialogue qui tue, un conte ensorcelant, un scénario implacable, des intrigues stupéfiantes.
L’avocat du diable : Même si le prévenu ou la cause sont indéfendables, l'avocat que vous êtes fera son maximum pour arracher la conviction du lecteur-jury. On travaillera donc le recours à la rhétorique (argumentation, émotion, dramaturgie...) sans laquelle les discours politiques perdent leur sel. Ça ouvre des perspectives !
Le dialogue qui tue : On pastichera Marguerite DURAS et son écriture-scénario de cinéma avec didascalies, répliques, notations d’ambiance pour être crédible et vampiriser les lecteurs.
Magnifier le banal avec Annie ERNAUX : La romancière des Années est une vraie gourmande de supermarchés. Une habituée de Superdiscount et d'Auchan. A sa suite nous allons observer le banal des courses pour les magnifier par la finesse de l'observation et la précision de l'écriture.
Autobiographies et confessions factices : « Les chants les plus désespérés sont les chants les plus beaux », assurait MUSSET qui ignorait (peut-être !) le plaisir du mensonge, des confessions et des autobiographies que l'on invente par pur goût de la comédie. Seule exigence, le vraisemblable. On travaillera donc la logique, la cohérence et la toile de fond documentaire.
Changeons de point de vue : Pourquoi raconter Blanche Neige d'un point de vue qui lui est favorable et pourquoi pas du point de vue de la sorcière qui, à son sentimentalisme, peut opposer la raison d'Etat ? Changer de point de vue en cours de récit aide à mieux capter le mouvement de l'action et conserver l'attention du lectorat. Vingt ans (changement de point de vue temporel) après, tout a bougé. La princesse est devenue belle-mère à son tour ! Sans compter ce qui adviendrait si l'on changeait aussi le cadre géographique et que l'on expédiait Cendrillon au pays des 1000 et 1 nuits !
Piratez les mots, faites chanter la langue avec Bobby Lapointe : Calembours, assonances, contrepèteries sont la base des chansons de Bobby LAPOINTE. Ami de BOURVIL, il a inventé un joyeux langage fait de facéties qui désinhibent le plaisir de jouer avec les mots. De quoi inciter à fabriquer chansons, poèmes et histoires à scander ou à chanter.
La nouvelle non policière : Un texte court avec une chute qui s'impose, des événements qui ne se racontent pas tous... Laissons au lecteur le soin de se faire son histoire dans sa tête. Jouons sur la concision pour dire plus et mieux avec moins de mots. On s'inspirera du sens du raccourci de MAUPASSANT, avec Annie SAUMONT, Régis JAUFFRET pour concocter des textes où la brièveté le dispute à l'intensité. Et inventer des nouvelles en format carte postale !
Raconter le temps : Il se dilate et fait machine arrière lorsque PROUST trempe sa madeleine dans le passé mais ce temps se transgresse, se nie, se dénie. Il offre la possibilité de bonds en avant ou en arrière que nous effectuerons avec un clin d'œil à Marcel, à H.G. WELLS ou à Philip K DICK qui y logeait des vies dans des canaux parallèles.
Inviter de vrais personnages dans la fiction : «On peut violer l'histoire à condition de lui faire de beaux enfants » assurait l'impétueux DUMAS. Mais on peut aussi de manière moins sujette à discussion prolonger le destin de personnages réels dont les mille vies laissent la place. Ainsi Abraham LINCOLN ou Agatha CHRISTIE ont-ils trouvé des auteurs pour leur prêter des exploits supplémentaires. D'autres pourront être sollicités selon nos envies. Et Jean de La FONTAINE mener l'enquête à la cour de Louis XIV !
Les jeux de l'intrigue et du suspense : Si le roi puis la reine meurent, c'est à peine une histoire. Si le roi meurt et qu'ensuite la reine meurt de chagrin, on tient une intrigue » disait un auteur. On s'amusera donc à dynamiter des histoires banales en y introduisant un peu de dramaturgie pour leur donner suspense et intrigue qui retiennent l'attention des lecteurs.
La fabrique de personnages : Conan DOYLE aussi bien que MAURIAC, Annie ERNAUX, Maurice LEBLANC ou Françoise SAGAN se sont inspirés de personnages vivants pour créer leurs héros. Ils leur ont donné des qualités et des défauts qui les rendent identifiables ou les poussent à l'action. La rencontre de deux personnages bien campés peut provoquer une déflagration et suffire selon Georges Simenon pour bâtir tout un roman.
Avec pangramme et sans cadavre : Le pangramme est une phrase qui comporte toutes les lettres de l'alphabet (26). 42 si l'on fait entrer les accents dans la danse ! On peut encore prolonger le jeu en composant des textes avec des syllabes ou des lettres imposées, écrire des nouvelles, policières (ou non) avec une liste de mots obligatoires (mais pas de cadavre), jouer avec les assonances- Lundi, Lola illumine de mille feux la moelleuse ile flottante. On peut aussi fendre des textes pour leur donner de nouvelles vies. Verticalement ou horizontalement comme SAND et MUSSET...Comment faisaient-ils ? Venez, vous verrez !
Des histoires au hasard du tarot : On ne s'amusera pas à prédire l'avenir avec un tarot de Marseille sinon celui des personnages et de leurs interactions. Car si le bateleur est un tricheur, l'impératrice aide le héros qu'elle s'est choisi à franchir les étapes de son destin. L'ange peut-il débloquer la situation de l'amoureux ? Croisera-t-il la roue de la fortune ? Affrontera-t-il la mort pour la déjouer ? Le tarot offre une méthode ludique pour raconter des histoires rebondissantes.
Versions multiples : Parfois des compétiteurs qui ont été sévèrement battus sur le stade ou aux élections soutiennent mordicus qu'ils ont remporté d'éclatantes victoires. Il existe toujours plusieurs versions d'un même fait selon l'intérêt que l'on y prend ou la vision que l'on en a à travers ses émotions. Ce que l'on appelle « l'effet Rashomon » et qui enseigne à bien individualiser la voix des personnages dans une histoire. Et d'un même fait peuvent résulter quatre ou dix récits distincts.
Petites philosophies du quotidien : L'art d'attraper un mot et d'en presser tout le sens, d'attraper un tout petit fait, apparemment insignifiant et d'en tirer une modeste philosophie dans des termes de tous les jours. On peut ainsi avec MONTAIGNE, Pierre SANSOT, Michel SERRES ou Georges PICARD apprendre à mieux regarder le quotidien pour en tirer la substance.

Détail
Animateurs/Professeurs
Jean-Yves RUAUX
Lieu
UTL
Durée
03h00
Sessions récurrentes
le Vendredi à 09:15
Fréquence
Hebdomadaire
Prix
120 €
Nombre de places
20